top of page
neurosciences.jpg

RESSOURCES

Un blog au service des ressources à la personne

  • MiCkaël CHALOPIN

Et si nous nous foutions la paix maintenant ?

Dernière mise à jour : 27 nov. 2022

En cette période où la guerre est aux portes de l'Europe, après la crise sanitaire du COVID-19 et le dérèglement climatique qui laisse présager peu d'espace propice au ressourcement de l'être humain, n'est-ce pas précisément là où nous en avons le plus besoin ?


Les crises s'accumulent et opacifient notre vision de l'avenir et ses possibles, obstruant ainsi considérablement notre bien-être et ses ressources.

Je vous propose une traversée dans différentes méthodes que j'ai rassemblées autour de : cultiver son jardin secret.


Je pratique et transmets quotidiennement cette méthode auprès des personnes que j'accueille dans le cadre de mes activités professionnelles et y vois ses atouts.


Bien entendu, comme toute méthode, elle n'est ni magique ni miraculeuse !

Cela ne peut en aucun cas se substituer à la prise en charge thérapeutique voire médicale auprès d'un professionnel de santé selon les situations.

En cas d'urgence, ne restez pas seul.e.

Voyons cette méthode de plus près.


Premier constat : j'en peux plus !

--> Reconnaître la situation

La situation mondiale avec ses informations répétées et omniprésentes brouille notre propre entendement. Nous sommes saturé.e.s par autant de visions morbides. Il ne s'agit pas ici de faire la "politique de l'autruche", simplement reconnaître que notre conduit psychique est saturé !! La pression de notre charge mentale quotidienne entremêlée à la pression de notre société mondialisée est à son comble.


Deuxième constat : je me sens sous pression !

--> Identifier la pression

Je peux agir à mon humble niveau. Et si je commençais par prendre soin de moi ? Pour désencombrer mon conduit psychique, je vais imaginer que je vais "tirer la chasse d'eau" en laissant passer toute cette pression... Pour un laps de temps défini, retrouver un espace de liberté et de sérénité momentanées. J'accepte (peut-être) de ne pas m'entêter à foncer droit dans le mur du productivisme ultra-capitaliste. Si vous n'y parvenez pas seul.e, il y a des solutions adaptées, n'ayez pas honte de demander de l'aide.


Pour cela, j'écris quelque part la liste de toutes les choses qui me préoccupent ! Des plus petites choses du quotidien aux plus grandes. J'insiste sur le fait qu'il est nécessaire de les écrire (pas seulement d'y penser mentalement). En les écrivant, je me sépare momentanément du amas de fumée mentale dans lequel j'étais parce que je n'avais pas une vue d'ensemble de la situation. Cette séparation (entre mental et papier) permet d'amorcer l'identification de ma pression et amorcer alors une certaine relativisation. Le poids subjectif est relativisé par le poids objectif de la situation.


Troisième constat : je décide d'aller vers mon jardin secret !

--> S'exprimer librement

Je fais l'essai. Je ne risque rien, je prends un temps pour moi. Sans culpabiliser. Oui, oui, sans culpabiliser... Je m'accorde de l'importance et accepte qu'en ce temps, le monde ne va pas s’effondrer pour autant : ce n'est pas moi seul qui porte le monde. Je choisis un temps où je ne risque pas d'être dérangé.e. Ce temps que je choisis, c'est mon temps de paix, de ressources (si vous préférez). Si vous vivez avec d'autres personnes, informez-les ("je vais prendre un temps pour moi, ne t'inquiète pas, je redeviens disponible dans 10mn !" :) et choisissez le moment opportune où vos proches n'auront pas besoin de vous !!


Commencez par 10 minutes par exemple si vous n'êtes pas à l'aise avec cette idée. Sinon 20 à 30 minutes est une bonne option. Quoiqu'il en soit donnez-vous une limite temporelle et veillez à délimitez un espace pour cela : votre chambre, votre jardin extérieur... Créer votre havre de paix. Adaptez-vous en fonction de votre lieu ou choisissez un endroit sécurisé qui pourrait faire l'affaire.

une méthode pour se ressourcer
Foutez-vous la paix !

Ce schéma est une proposition d'immersion dans votre jardin secret pour ne pas vous sentir malaisé par le fait de ne pas savoir quoi faire. Je vous propose ce schéma pour décomposer votre "voyage" en 4 perspectives complémentaires et modulables. Vous êtes libre de picorer un peu de chaque ou de vous adonner à l'une d'entre elles uniquement. Respectez votre besoin du moment et ne vous formalisez pas.


Ce qui compte le plus est :

  1. Je me fous la paix, c'est-à-dire que je m'autorise à ne pas culpabiliser de ce temps que je prends pour moi, au contraire, je suis présent à ce temps-là dont j'ai besoin.

  2. Ce que j'y fais importe peu mais reste confidentiel : je n'ai pas de compte à rendre de ce temps. Je ne suis pas productif dans ce temps-là et ne cherche aucune justification. C'est mon choix.

  3. Je n'entre ni dans un rapport de comparaison ni de performance. Je cultive un temps singulier qui ne regarde personne d'autre que moi et ne porte pas de jugement de valeur sur ce que je fais car ce qui compte c'est qui je suis dans ce temps-là.

Vous pouvez assister à la visioconférence en direct pour en savoir plus sur le contenu du schéma proposé plus haut.

Ou bien continuer à découvrir la méthode sur ce blog.


NIKSEN : "ne rien faire" en hollandais

Du hollandais signifiant "ne rien faire", l'art de ne rien faire pour cesser de s'en faire... En vérité, ne rien faire, ça n'existe pas, on fait toujours quelque chose.

Se reposer, c'est faire quelque chose ; regarder les nuages se transformer, c'est faire quelque chose !!


Ici, il s'agit de ne rien faire de productif !! Vous oubliez votre "to do list" et autres tâches quotidiennes qui vous resteraient à faire... Place à un temps de rêverie où vous vous autorisez à laisser votre esprit vagabonder librement sans contrainte extérieure...


L'importance est de rester éveillé à sa propre présence sans contrôle.

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/art-culture-edition/video-le-niksen-ou-l-art-de-ne-rien-faire-un-veritable-defi_3918837.html


FARNIENTE : "ne rien faire" en italien

De l'italien fare niente "ne rien faire". Pareil qu'avec que le Niksen, ne rien faire n'existe que sous un rapport non-productif. Je m'autorise d'être non-productif et inefficace pour mon foyer.


Plus proche de chez nous, la distinction entre le versant hollandais et italien, c'est qu'ici, la sieste est autorisée !! Au soleil ou sous sa couette, l'importance est de s'y autoriser tout en respectant l'espace-temps qu'on s'est fixé. Le ronflement est toléré :-)


Si vous aviez commencé par le Niksen et que vous vous êtes endormi, pas de problème : vous êtes passé du niksen au farniente et il n'y a rien de mal. Vous savez le processus par lequel vous êtes passé. Ce qui compte c'est que vous comprenez que c'est à vous de suivre votre besoin au sein de votre jardin secret tout en étant en capacité de reconnaître ce qui s'y passé.


CRÉATIVITÉ : faire pousser votre créativité

L'origine du mot « qui vient du latin "creo", "creas", "creare", qui signifie faire pousser, produire, faire naître, et dans la langue ecclésiastique faire naître du néant. »

(source : https://www.cairn.info/concepts-en-sciences-infirmieres-2eme-edition--9782953331134-page-135.htm)


Cet espace-temps créatif que vous allez vous octroyer si vous le souhaitez ne va pas rentrer dans un rapport productif : je ne vais pas écrire pour faire un roman, je ne vais pas dessiner pour en faire une exposition et si je danse, je ne vais pas le filmer pour l'envoyer sur les réseaux sociaux etc...

Bien sûr vous êtes libre, si vous le faîtes, vous sortez juste de votre jardin secret. Il n'y a pas de rapport moral à cela, c'est simplement que l'espace du jardin secret reste un espace-temps privilégié et privé où vous pouvez vous ressourcer et vous poser indépendamment de ce que les autres en pensent.

La pensée de l'autre sur moi a un impact et par ce jardin, je cherche à me dépoussiérer de tout ça...


Que je sache écrire, danser ou dessiner, il ne s'agit pas de compétence, parce qu'il ne s'agit pas de résultat mais de cultiver votre jardin secret pour désencombrer l'espace de vos pensées.


Vous aimez faire des gribouillages ? Ce qui importe c'est votre plaisir, pas son résultat final.

La créativité est plus large encore. Bricoler, coudre, chantonner, faire de la musique... Votre créativité c'est votre force d'adaptation, inutile d'être artiste pour la ressentir. Faites l'expérience créative de ce qui vous fera plaisir sans pré-jugé : vous n'aurez rien à montrer ou à faire valider par quique ce soit - vous y compris ;-)

Loin de moi l'idée de faire de cette vidéo un modèle à suivre mais plutôt un modèle à partir duquel vous pourriez, si vous le voulez, vous en inspirer pour en faire autre chose...


PLAISIR : jeu et détente

L'origine du mot vient du XIè siècle : « Forme substantivée de l’ancien français plaisir, "plaire", lui-même issu du latin placere, "plaire" ».

(source : https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9P2688)


Ce dernier point est essentiel parce qu'il est vaste et vous invite alors à créer votre singularité pour vous faire plaisir ! Dans cet espace du plaisir, j'y associerai le jeu et la détente qui vous conviendrait le mieux.


Seule précaution pour le jeu : l'enjeu n'est pas de gagner ou de perdre mais de prendre du plaisir ; si vous jouez à plusieurs, veillez à ce que les personnes avec lesquelles vous jouez soient dans le même état d'esprit que vous : détente.

Toute compétition (sport y compris) pourrait mettre à mal votre espace de ressourcement.


Quelques pistes fréquemment rencontrées : ballade en forêt, lecture, auto-massage, écoute de la musique, vidéo de votre humoriste préféré...


À vous de créer vos propres pistes vers la joie !


Pour aller plus loin

Après avoir rassemblé ces différents éléments, je suis tombé sur le livre de Fabrice MIDAL "Foutez-vous la paix" qui s'associe très bien à ce propos.


J'ai choisi volontairement de ne pas parler de méditation dans cette présentation initiale car j'ai remarqué que les personnes ont une vision très contrôlée de la méditation (sans parler des risques de dérive sectaire).

La perception de ce philosophe semble respecter l'espace de bien-être et de mieux-être que propose la cultivation de son jardin secret.


Si la méditation vous tente, peut-être que cette dernière piste pourrait aussi vous intéresser. Quoiqu'il en soit, restez libre et critique !


Merci d'avoir apporté votre attention jusqu'ici !

24 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page